Historique du SEVT dans la démarche de protection de la qualité de l’eau

Le Thouarsais

Avant de rejoindre le programme Re-Sources, le SEVT, SIADE à l’époque, s’est montré précurseur en s’engageant dès 2000 dans un premier programme d’actions : le Contrat de Nappe du Pays Thouarsais (signé avec l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne et le Conseil Départemental 79) sur une durée de 5 ans.

Il s'articulait autour de 4 axes visant à répondre aux enjeux de reconquête de la qualité de l'eau :

  • Axe 1 : Réduction des pollutions d'origine non agricole ;
  • Axe 2 : Réduction des pollutions d'origine agricole ;
  • Axe 3 : Animation, communication ;
  • Axe 4 : Evaluation / Suivi.

Ce programme a été reconduit jusqu’en 2010 date à laquelle le SEVT a souhaité intégrer la démarche régionale Re-Sources. Un bilan évaluatif du Contrat de Nappe a été conduit afin de servir de base pour le diagnostic du territoire (période 2010-2011) et pour l’élaboration du futur programme d’actions (période 2012-2013).

Résultats

1

Le territoire d’actions n’était pas adapté à la lutte contre les pollutions diffuses.

2

Le travail sur le volet nitrates devait être poursuivi et devait porter sur un accompagnement plus important des exploitants, en lien avec les organismes professionnels agricoles (OPA).

3

La communication et les actions devaient impliquer l’ensemble des acteurs.

4

La gestion foncière, non abordée dans le Contrat de Nappe, devrait être un outil de facilitation de la mise en œuvre des autres actions du programme, via notamment du réaménagement foncier.

Ce diagnostic et les constats ainsi établis ont permis d’élaborer, suite à une concertation entre les différents acteurs du territoire impliqués dans la démarche, un premier programme d’actions Re-Sources pour la période 2014-2018. Les modalités de mise en œuvre de ce programme ont été définies dans le Contrat territorial Re-Sources des bassins d’alimentation des captages du Pays Thouarsais.

Les sources de Seneuil

En 2002, le Syndicat des sources de Seneuil a lancé les premières démarches de protection de la ressource en eau sur le Bassin d'Alimentation de Captage des sources de Seneuil avec comme principale problématique les pollutions agricoles. En effet, l’agriculture est l’activité majeure du bassin. Aucune industrie importante n’est présente.

La démarche Re-Sources régionale prenant de l’ampleur, le syndicat a décidé de l’intégrer pour un premier programme Re-Sources de 2007 à 2011 sur le Bassin d'Alimentation de Captage des sources de Seneuil. Il s’en est suivi deux années d’évaluation et de concertation avec les acteurs du territoire. En 2014, un second contrat territorial Re-Sources a été signé, accompagné d’un nouveau découpage du BAC. Ce second programme Re-Sources a été mené jusqu’en 2018.